LES CHRYSALIDES

 

Direction artistique : Murielle Bechame

Vidéo : William Long

 

Chrysalide (n.f.) : état intermédiaire par lequel passe la chenille avant de devenir papillon.

Le projet a été initié en 2016. L’idée était alors de réaliser un film sur la découverte de l'amour et les formes de déclarations sentimentales avec les nouveaux médias. Cette question permettait de questionner l'égalité femme-homme pour les jeunes générations. C’est avec cette ambition que l’équipe d’ARCAT a proposé le projet dans le lycée général René Cassin et le lycée professionnel Paul Belmondo à Arpajon. ARCAT souhaitait alors travailler sur la mise en risque du corps. Or, dès les premières interventions en cours, les élèves ont témoigné de la mise en danger que cela représentait pour eux : peur de montrer ses sentiments, peur de l’insulte (espèce de canard, pute etc.) et de l'exclusion. Ces peurs justifient une autocensure et l’adoption de comportements jugés normaux par leurs pairs. Ces cadres normatifs viennent servir de justification à la censure et au rejet de tous ceux qui n'y correspondent pas. Aussi pour éviter cette mise au ban, une jeune fille ne changera pas de petit ami, par peur du jugement et des injures, alors qu’un jeune garçon pourra avec le consentement de tous s'afficher avec d'autres jeunes filles, ou changer de relation appelée “stable”. Ces phénomènes sont exacerbés par les réseaux sociaux (facebook, twitter, snapchat). Il n’y a plus de limites entre la vie à l’école et la vie à la maison ; et les lynchages sur les réseaux sociaux ont déjà fait de nombreuses victimes en France.

Face à ce constat alarmant, ARCAT a pris en compte cette réalité de la relation amoureuse et de la difficulté à déclarer ses sentiments au lycée et collège. La réalité et la construction du harcèlement, à partir des discriminations observées dans la société se retrouvent dans les termes employés contre les personnes qui ont subi des harcèlements via les réseaux sociaux, dans le lycée, physiquement et moralement. Ces  différenciations s'appuient sur des critères de race, d’origine sociale, de genre, d’orientation sexuelle, de religion etc.

Ce premier volet a abouti à la réalisation d’un film documentaire de vingt minutes, auquel ont participé une classe de seconde et deux classes de premières qui ont, par des ateliers d'écritures, de jeu et improvisation d'une reconstitution d'un événement dont ils ont été témoins en ayant des rôles différents que ceux réels, des échanges pour mieux comprendre l'autre. Puis avec un petit groupe d’une dizaine d’élèves la première étape de ce film oscillant entre documentaire et fiction a été réalisé au lycée René Cassin.

À partir de cette expérience, nous souhaitons développer ce travail qui nous semble primordial autant dans la question de l'égalité fille-garçon que dans les luttes contre les discriminations en construction. Cette action permet par l'implication de chacun de lutter activement contre la possibilité du harcèlement et en milieu scolaire et de sensibiliser aux mécanismes des discriminations.  

Pour rendre compte d’une plus grande réalité, nous souhaitons travailler sur des territoires différents. Nous sillonerons la France pour rendre compte de la diversité des situations provoquant harcèlement et discriminations ainsi que tout le travail et l'implication mis en place par les équipes pédagogiques et administratives pour sensibiliser à l'utilisation des réseaux sociaux et lutter contre ces violences.  

Pour plus d'information concernant le déroulé des ateliers, ou pour obtenir le film, écrivez nous !